Tourisme d’entreprise : au cœur de la Manufacture Perrin en Bourgogne

Alors qu’ils étaient plus de 500 fabricants de chaussettes à travers l’Hexagone il y a 50 ans, ils ne sont plus que 5 aujourd’hui. Et parmi ceux-ci, l’un se distingue par la qualité de ses créations et son environnement de production : la Manufacture de Bonneterie Perrin à Montceau-les-Mines en (Saône-et-Loire).

Un panel de marques

Sur un marché de plus en plus difficile, l’entreprise a su s’adapter pour mieux rebondir au fil des années. D’abord sous-traitant pour les maisons de luxe (encore 10 pour cent de l’activité), celle-ci a ensuite lancé ses propres marques. Avec Perrin 1924, elle propose une large gamme de produits pour répondre aux attentes de tous les âges et situations : sport doux et extrêmes, randonnée, sécurité, quotidien urbain, cérémonies, jambes sensibles, cocooning. Son must : la “chaussette qui tient sans serrer“, un modèle garanti sans élastique dont le tricotage spécifique a été développé par les équipes en interne. Puis en 2011 ont été lancées La Chaussette Française, une collection de chaussettes et mi-bas haute couture, fabriqués à la taille dans de belles matières (soie naturelle, laine peignée, laine et cachemire, laine et coton, laine et soie, coton fil d’écosse) aux finitions soignées – et Dagobert à l’envers (en hommage au roi bourguignon connu pour son extravagance) qui propose une collection de sous-vêtements masculins réversibles (chaussettes et caleçons). Mais c’est la griffe Berthe Aux Grands Pieds qui a fait redécoller les ventes de l’entreprise. Imaginée par Régis Gautreau, qui a rejoint l’aventure en 2003, les collections dépoussièrent l’univers de la chaussette avec style et couleurs et pèse 40 pour cent du chiffre d’affaires de l’entreprise.


Des chaussettes 100 pour cent fabriquées en France

Au cœur de la visite guidée dans les ateliers, le cliquetis des machines (Lonati, Nagata, Busi ou Bentley Komet) est accompagné des gestes précis des ouvriers qui oeuvrent sur un parc de 78 machines à tricoter, dont certaines remontent aux années 1930 et 1940. Grâce à cet outil industriel (ancien et moderne) mais aussi aux nouvelles technologies, le bonnetier peut produire jusqu’à 6.000 paires par jour en 3×8 mais fabrique aussi des gants, des bas, des bonnets et des écharpes. Une immersion unique dans l’univers des fibres, des couleurs, du tricotage (traditionnel et plus élaboré), de la finition main et de la passion de la haute qualité française car Manufacture Perrin est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) depuis août 2014.

Tourisme d’entreprise (II) : au cœur de la Manufacture Perrin en Bourgogne

Un nouveau directeur général

Fondée en 1924 par Francis Perrin, la Manufacture est rejoint dans les années 30 par le fils de ce dernier, René Perrin qui la développe avec son neveu Guy Renaud. Toujours familiale jusqu’à il y a peu, Martine Couturier, présidente (quatrième génération) et Franck Couturier, directeur commercial ont décidé cet été, faute d’héritiers, de céder 65 pour cent de leurs parts à Damien Schneider. A 33 ans, ce fils d’amis et actuel directeur général reprend les rênes aux côtés de Constance Nicaise qui gère le réseau de boutiques soit environ 1.100 détaillants et 10 boutiques en France. Ensemble, ils annoncent déjà l’ouverture de 3 nouveaux magasins d’ici 2019 et le e-commerce va être boosté.

La Manufacture Perrin en quelques chiffres :


Du lundi au vendredi, visite guidée (adulte 6 €, -de 12 ans gratuit), 17, rue Claude Forest 71300 Montceau-Les-Mines. Contact : 03 85 69 00 00

Photos : Collection Berthe Aux Grands Pieds, Atelier Manufacture Perrin, Visuel Manufacture Perrin.

Merci à FashionUnited : https://fashionunited.fr/actualite/mode/tourisme-d-entreprise-ii-au-coeur-de-la-manufacture-perrin-en-bourgogne/2018082318375

Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Se connecter

Oubli de mot de passe ?